La forêt de Benon

(36km de Niort, 29km de La Rochelle)


Cet article est paru dans la bulletin SMMA 14-1995

Forêt de Benon

D’une superficie de 3300 hectares, le massif forestier s’étend sur environ 15 kilomètres de longueur et 6 kilomètres de largeur. II englobe la forêt de Benon, le bois de Benon, le bois des Fourneaux, le bois l’Abbé, le bois Fontaine et plusieurs bois environnants. Son altitude varie de 19 à 53 mètres. De l’époque néolithique, demeurent cinq tumulus importants situés au lieudit Champ Châlon. Ces monuments mégalithiques datent du IVè millénaire avant J.C. Dépendant du Domaine des Ducs de Guyenne, le château fortifié de Benon avec toute l’étendue de son ressort, fut donné en 1190 à Savary, fils d’Eble de Manteau, par la reine Alienor. Une portion de la forêt qui entourait le bourg, fut donnée au sieur Bernard pour y construire le monastère cistercien de la Grâce Dieu. Aliéné en 1301 par Philippe IV le Bel et de nouveau en 1335 par Philippe VI de Valois, cette forêt fit l’objet d’un échange entre Pétronelle de Thouars et Charles V qui érigea Benon en Comté. Lors de la « Réformation Générale des Forests », Colbert préconisa l’interdiction de couper les taillis avant la dixième année et l’obligation de conserver 16 baliveaux par arpent. En 1839, les statistiques de Gautier nous font connaître que le charbon de Benon, d’une excellente qualité se vend à La Rochelle « de 25 à 30 pour cent au dessus de tout autre charbon... » Cette qualité étant due à la conception des fours : « Ces chambres ont 6 mètres et demi en carré ; leurs murs formés de moellons liés avec de la terre ont près de 5 mètres de hauteur, leur couverture est composée de planches et de tuiles disposées de manière qu’il existe entre chaque planche, un espace de 3 à 5 centimètres pour laisser un libre passage à la fumée ». De nombreux détails sont donnés sur l’aménagement intérieur de la chambre, la qualité du bois, la façon de le disposer et la manière d’en faire la cuisson. « Les morceaux de charbon qu’on en retire ont souvent 8 cm et plus de diamètre, ils sont assez longs pour en faire des fagots ». Il y a également « l’exploitation d’une sucrerie indigène : cent hectares de terre destinés par rotation septennale à la culture de betteraves, donnent des produits qui convertis en sucre brut, s’élèvent, année variable, depuis l0 jusqu’à 50 000 kilogrammes dont la vente s’effectue en grande partie sur la place de Bordeaux. ». En 1848, la comtesse de Cayla, qui en possédait 2167 hectares, et sa fille la princesse de Craon en limitèrent l’exploitation ainsi que les droits d’usage ; sur les 133 000 stères de bois consommés à La Rochelle en 1867, 15 000 stères seulement provenaient de la forêt de Benon. Plusieurs procès opposèrent la comtesse et sa fille aux communes et à une commission syndicale pour l’usage de la forêt créée en 1870. Ce fut suite à l’un de ces procès, que la commune de Benon fit ériger en 1877 la tour de l’horloge, avec les dédommagements payés par la princesse de Craon. En 1895 une partie du domaine forestier de la famille de Craon fut vendue par le tribunal de La Rochelle. Depuis cette époque, de nombreux changements de propriétaires et divisions de parcelles ont eu lieu. D’une superficie de quelques hectares à plusieurs centaines d’hectares, elles sont pour la plus grande partie propriétés privées, plus particulièrement affectées à la chasse. Plusieurs communes sont propriétaires de parcelles gérées par l’O.N.F. En 1985, fut créé un arboretum destiné aux essais de différentes essences de bois adaptées au terrain, pour des plantations futures. D’autre part, le département de la Charente Maritime est devenu propriétaire de 133 hectares, acquis semble t il, plus particulièrement pour la conservation et l’accueil. Denis Chapacou septembre 1995

A visiter : Histoire P@ssion


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Contributions



   
 

 
 
Retroliens

 

 
 
  ° Avertissement
° Présentation
L’association
Le Massif d’Argenson
° Activités
Automne
Intersaison
Archives
Archives 2006/2007
Archives 2007/2008
Archives 2008/2009
Archives 2010/2011
° Bibliothèque
Liste des bulletins, ouvrages et revues.
Sommaires des revues, bulletins et/ou ouvrages
Associazione Micologica Bresadola (A.M.B.)
Fédération Associations Mycologiques Méditerranéennes (F.A.M.M.)
Fédération des Associations Mycologiques de Castille et Léon (F.A.M.C.A.L.)
Fédération Mycologique et Botanique Dauphiné-Savoie (.FM.B.D.S.)
Ouvrages d’Auteurs
Société Mycologique de France (S.M.F.)
Société Mycologique du Limousin (S.M.L.)
Spécial Champignons Magazine
° Bulletins SMMA
Index des bulletins SMMA
Sommaires des bulletins SMMA
Commande de bulletins.
° Champignons d’ici et d’ailleurs : photos
Champignons à aiguillons
Champignons à lames
Champignons à plis
Champignons à tubes
Champignons clos jusqu’à maturité
Champignons en coupe et formes diverses
Champignons en croûte
Champignons en massue ou en corail
Champignons gélatineux
  ° Lectures au fil du mycélium
  ° Récoltes remarquables
  ° Formations
  ° Expos. de la région
  ° Adhésion
° Nos partenaires
Commune de La Couarde (79)
Commune de Marigny (79)
Ré Nature Environnement

 

 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 

 
Autres articles

Au plus profond des bois
La forêt de Chizé
La forêt d’Aulnay
La forêt de Chef-Boutonne



[ Haut ]
 

 

 


Vous pouvez afficher les publications de SMMA Argenson sur votre site.


SMMA Argenson
 Contact | En résumé | Plan du site | Admin

Site mis en ligne avec SPIP,
Squelette GNU/GPL disponible sur bloOg